Stones to Stains: The Drawings of Victor Hugo

Poète, romancier, dramaturge et critique Victor Hugo (1802-1885) était une figure prééminente de la vie sociale, politique et culturelle de la France du XIXe siècle. L’un des plus grands écrivains de tous les temps, il était également un dessinateur accompli et a produit un corpus d’œuvres sur papier moins connu mais remarquable. La pratique du dessin d’Hugo était en grande partie une entreprise privée et bien que plus de 3 000 feuilles de son vivant subsistent aujourd’hui, elles étaient rarement vues en public de son vivant. Beaucoup ont été produites pendant son exil prolongé sur les îles Anglo-normandes de Jersey et de Guernesey entre 1852 et 1870. La seule exposition muséale américaine consacrée à son travail graphique à ce jour a été organisée par le Drawing Center de New York en 1998. L’exposition du Hammer Museum reconsidérera la pratique expérimentale et énigmatique d’Hugo en tant qu’artiste visuel pour une nouvelle génération de publics en Amérique.

Le titre de l’exposition, Des pierres aux taches, fait allusion au développement de la forme idiosyncratique du dessin de l’artiste et à sa relation aux propriétés transformatrices de l’eau. Par son mouvement qui cède et recule, par la violence de ses vagues ou par l’écoulement inexorable des gouttes, la persistance de l’eau finit par effacer ou envelopper tout sur son passage, y compris la densité apparemment inattaquable de la pierre. Dans les dessins à l’encre et au lavis d’Hugo, nous assistons à un phénomène similaire à celui de l’effet de l’eau sur la pierre. Les dessins oscillent entre la représentation de paysages et d’architecture et le rendu de formes abstraites et de taches. Ils se caractérisent par l’approche spontanée d’Hugo et sa réceptivité aux innombrables possibilités du médium et des matériaux. Il abandonnait souvent ses compositions au hasard en trempant ou en tournant le papier, permettant à l’encre de s’accumuler en formes spontanées. Il a également ajouté à la complexité de ses images avec l’utilisation du pochoir et du collage, et en faisant des impressions de divers objets tels que de la dentelle, des feuilles, ou même de ses propres doigts.

Cette exposition historique présentera une importante sélection de plus de 75 dessins et photographies provenant de grandes collections publiques et privées européennes et américaines, dont la Maison de Victor Hugo, la Bibliothèque nationale de France et le Musée d’Orsay à Paris, le Nationalmuseum à Stockholm, le Metropolitan Museum of Art et la Morgan Library à New York, et l’Art Institute of Chicago.

L’exposition sera accompagnée d’un catalogue entièrement illustré avec des essais des commissaires Cynthia Burlingham et Allegra Pesenti, du chercheur indépendant Florian Rodari, et d’une chronologie de Matthieu Vahanian, assistant conservateur au Centre des Arts graphiques de Grunwald. La programmation connexe à Los Angeles comprendra des conférences, des concerts et des projections avec le soutien du Centre d’études européennes et russes de l’UCLA.

Cette exposition bénéficie de prêts exceptionnels de la Bibliothèque nationale de France et des Maisons de Victor Hugo.

L’exposition est organisée par Cynthia Burlingham, directrice adjointe des affaires curatoriales et Allegra Pesenti, conservatrice principale et directrice associée, Centre Grunwald pour les arts graphiques, Hammer Museum, en collaboration avec le chercheur indépendant Florian Rodari.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.